Roatan 2017-06-27 – Deuxième journée

J’aimerais faire une mise au point sur mon article d’hier : Le but n’était pas de décourager personne mais plutôt une constatation de l’évolution des choses depuis les 7 dernière années

Aujourd’hui sera une journée un peu plus tranquille car il n’y a pas de croisière. Le Roaran demeure une belle destination mais qui évolue plutôt mal coté tourisme. Le cachet unique qui appartenait au Roatan il y a plusieurs années n’existe plus aujourd’hui quand les bateaux de croisières sont présents au port. Quand les croisiéristes ne sont pas présents c’est plus tolérable mais il y a quand même beaucoup de bateaux stationnées devant les hôtels

Pas de snorkeling ce matin, pour ma part je vais passer du temps à essayer de nous trouver une voiture pour aller faire demain une revue du Media Luna qui est à environ 1 heure de route du Henry Morgan. Nous serons accompagnés de Darling que nous avons rencontrés en 2007. Il était à cette date un serveur dans la salle à manger du Henry Morgan. Aujourd’hui, il est superviseur des salles à manger du Henry Morgan et du Media Luna

Depuis 7 ans, je n’avais pas beaucoup de souvenirs de la nourriture, mais je peux vous affirmer que l’on mange très bien. Le buffet est varié, les plats sont chauds et les légumes sont délicieux. Les pâte sont vraiment très bonnes. Il n’y a pas de bar à pâtes mais tout les soirs quelqu’un prépare deux sortes de pâtes avec sauce différentes que l’on peut se servir soi-même dans les réchauds. Nous vous laissez tromper par le fait que les pâtes sont dans un réchaud, je vous rappelle que le Henry Morgan appartient à des Italiens et les pâtes sont toujours al dente et excellentes. C’est franchement meilleur que la plupart des tout inclus qui vous font bouillir des pâtes dans de l’huile d’olive et vous servent ça avec des légumes à peine cuits

Cet après-midi en snorkeling, on a fait les choses différemment ; plutôt que de longer le récif, on a explorer la zone ou se fait le snorkeling de nuit. En fait on a exploré la plupart des plateaux de récif entre le Infinity Bay et la grosse roche. C’est sur ce genre de récif que l’on peut y rencontrer le plus de créatures et comme de fait, on a croisé un serpent gris et blanc, une langouste et deux petits calmars qui faisaient la pause pour la caméra

                    

J’aimerais spécifier que lorsque j’écris sur Facebook, il s’agit d’un extrait des articles complets qui seront publiés avec plusieurs photos et vidéos à mon retour au Québec

Merci à tout le monde de nous suivre et pour vos commentaires pertinents qu’on lit avec passion

Roatan 2017-06-26 – Première journée

Que dire…

Le Roatan, jadis un oasis de paix, tranquillité et silence est devenu le boardwalk des croisiéristes et le fast food du snorkeling. Il y a tellement de bateaux à l’eau et de gens sur le plage que s’en est rendu complètement désagréable.Il y a tellement de snorkeleurs dans l’eau que c’est le festival de la palme au visage.

Devant le Infinity Bay, le récif est complètement mort. Il faut aller très loin vers la gauche en direction de la pointe pour voir quelques récifs vivants ou bien se diriger vers le large ou le récif se sépare en deux pour y voir de beaux coraux, mais tout de même assez profond (20 à 25 pieds). J’imagine que c’est pour cette raison qu’ils sont encore beaux, personne ne peut les piétiner. Il n’y a pas que le réchauffement de la planète qui abîme l’environnement, les imbéciles aussi.

De la musique partout, l’odeur de gazoline et de diesel, les bruits de moteurs de bateau, les gens qui crient et font la fête. Non ce n’est pas le Roatan que j’ai connu il y a 7 ans.
Ceci dit, je crois que vous avez compris, je suis très déçu. Nous avons passé environ 1h30 à l’eau en avant midi et la seule chose intéressante que j’ai réussi à voir est une petite bourse écriture. Pas beaucoup de poissons, pas beaucoup de coraux colorés,mais beaucoup de monde, beaucoup de bateaux et beaucoup de bruit. Suite à cette première sortie, on a décidé qu’on ne ferait plus de sortie sur le récif à partir de la plage et utiliserait plutôt les services du centre de pongée pour sortir en après-midi avec les plongeurs bouteilles.

Chaque après-midi, ils font une sortie en eau peu profonde et proche d’un récif différent chaque fois. Il faut payer habituellement 15$ US par personne pour une sortie d’environ une heure. Parfois le lundi ils font un spécial à 10$ par personne. Ces sorties valent vraiment la peine car vous allez sur un récif différent chaque jour et ne sont pas accessible par la majorité des vacanciers, donc très en santé

Cet après-midi le bateau du centre de plongée nous a amenés au site de Turtle Crossing et devinez quoi? On a croisé une une très belle tortue verte. Le récif était en santé et peu profond. Pas nécessairement mon type de récif préféré, mais ça faisait du bien de voir un récif en santé sans recevoir de coup de palmes au visage. Le courant au Roatan est de sens contraire auquel on est habitué quand on va à Bonaire (c’est nornal Bonaire fait face à la côte du Venezuela qui est du même côté que le Roatan). On est parti à contre courant pour environ 15 minutes, le temps de se rendre sur la partie peu profonde du récif. On s’est ensuite laissé dériver pour environ 30 minutes en direction du bateau en explorant chaque recoin du récif. Malgré un récif en santé, je n’ai pas vu beaucoup de poisson et aucune murène, pieuvre et autre créature que l’on voit souvent dans les Caraïbes.

          

J’ai aussi testé aujourd’hui une nouvelle caméra qui se dit être une copie des Go-Pro et j’ai été très déçu de cette petite caméra. Malgré des vidéo en 4K et des photos d’assez bonne qualité, la caméra, tout comme la Go-Pro, n’a pas été conçue pour la plongée mais vraiment pour les sportifs extrêmes. Pas facile à utiliser et la pile tombe rapidement à plat. Elle n’est pas facile d’utilisation et malgré le fait qu’elle offre un écran (chose que Go-Pro n’offre même pas) Il n’y a pas de bouton pour enregistrer ou prendre des photos directement ; il faut changer de mode via le menu à chaque fois ce qui est très désagréable. Je ne veux pas me lancer dans une revue de caméra numérique, mais disons que ce type de caméra ne répond pas à mes besoins en tant que snorkeleur.

Je suis désolé si je viens de “péter votre bulle” comme on dirait au Québec, mais c’est probablement la dernière fois qu’on vient vient dans la région de Tabyana Beach au Roatan. Par contre, après avoir rencontré des amis Honduriens, on part mercredi pour le Media Luna pour y passer une partie de la journée et y évaluer la plongée en apnée à partir du rivage. Je vous donnerez plus de détails à mon retour. Entre temps, on va utiliser les services du centre de plongée TGI pour nos randonnées palmées

Jamaïque 2016-09-16 – Sixième journée

Dernière journée en Jamaïque et pour clore cette belle aventure, on a décidé de s’offrir une randonnée palmée extrème en palmant jusqu’à l’hôtel le Rockhouse et revenir au Samsara. En route on compte visiter un petit récif dont le capitaine Roger nous a indiqué l’emplacement la journée précédente. Celui-ci semblait très beau et assez gros pour y passer un peu de temps. Il y a aussi plusieurs grottes et petites baies à explorer au cours du trajet.

Donc à l’eau vers 10h, on se dirige tout doucement vers le Rockhouse hôtel en explorant chaque petit recoin de la falaise. Un peu dépasser l’hôtel Xtabi, il y a une petite maison isolée sur le dessus de la falaise et selon mon souvenir, le toit était de couleur verte. C’est à cet endroit que l’on doit se diriger vers le large pour aller à la rencontre du petit récif. On est tout de même sorti assez loin au large et nous avons en effet croisé un très petit récif qui avait beaucoup de vie et de couleur, mais il nous semblait beaucoup plus petit que lorsqu’on l’avait aperçu depuis le bateau du capitaine Roger. Par contre, les bateaux à fond de verre font souvent un effet de loupe et peut-être que le récif est plus petit que ce que nous avions cru voir. On était perplexe et pas certains d’avoir exploré le bon endroit. Mais en regardant au loin, on pouvait apercevoir l’hôtel le Rockhouse et le bateau Sun Baby Boat du capitaine Roger était ancré juste devant. On a décidé de continuer vers le Rockhouse et que s’il était toujours ancré devant l’hôtel à notre arrivée, on lui demanderait de nous amener directement sur le récif. De cette façon on sera certain de l’endroit. Il restait tout de même une bonne distance pour se rendre depuis le petit récif (environ 750 mètres) et tout au long du trajet, on fixait le bateau pour s’assurer qu’il restait ancré.

     

Une fois arrivé au bateau, le capitaine Roger était absent mais son assistant qui nous connais bien était présent. Nous lui avons demandé s’il pouvait venir nous déposer directement sur le récif suggéré par le capitaine lors de la dernière excursion. Il savait exactement de quel récif il s’agissait et nous a demandé de monter à bord. Il est venu nous déposer exactement sur le même récif que nous avions déjà exploré et qu’on trouvait petit. On a donc prit la peine de l’explorer un peu plus à fond pour constater que ce récif est en pleine santé avec beaucoup de poissons. Nous y avons passé environ 20 minutes pour ensuite nous diriger à nouveau (pour une 2e fois) vers le Rockhouse hôtel. En quittant le large et en arrivant près de la falaise, nous avons fait la rencontre d’une superbe raie aigle qui nous a offert un beau spectacle ; elle a tournée autour de nous à quelques reprises en se laissant glisser tout doucement au travers cette mer limpide. Elle était de bonne dimension et on a pu s’en approcher pour prendre une très belle vidéo. Remarquez le petit remora qui la suit constamment, il viendra nous rendre visite seul un peu plus tard lors du retour vers le Samsara.

      

Après avoir exploré le récif, on se dirige donc encore une fois vers le Rockhouse qui est environ à 750 mètres. Il y a plusieurs grottes et l’eau est beaucoup plus claire que lors de notre première visite sur ce site. Par contre, le spectacle sous-marin demeure des falaises et loin des récifs auxquels nous sommes habitués. On fait tout de même le tour du site avant de se diriger à nouveau vers le Samsara qui est à quelques kilomètres.
     
Sur le chemin du retour, on a croisé un petit remora qui cherchait a se coller contre nous. Ces petits poissons sont très insistants et c’est assez difficile de s’en défaire. Quand on est à la verticale d’ans l’eau, il tourne autour de nous, mais aussitôt qu’on se met à l’horizontale pour essayer de palmer, il s’approche pour essayer de se coller à nous. Il s’est collé à deux reprises sur ma cuisse droite. Les remoras sont inoffensifs mis à part le fait qu’ils sont des profiteurs qui aiment se coller à des hôtes pour se laisser traîner. Ils ne laissent pas de traces sur votre peau s’ils viennent s’y coller. Ils n’utilisent pas la succion mais plutôt un mécanisme complexe qui comprend une structure modifiée d’aileron ; des pointes (appelées spinelles) qui génèrent des frictions pour adhérer à l’hôte. Ça nous a pris environ 5 minutes pour le décourager pour qu’il passe à autre chose et nous quitte. Cinq minutes ne semble pas très long, mais quand vous êtes dans l’eau à essayer d’éloigner un poisson, tout devient relatif.
 

Cette excursion nous aura prit 2 heures et 56 minutes à l’eau (c’est un nouveau record de temps passé à l’eau en une seule sortie pour nous) et nous avons parcouru plus de 4 km au total.

          

Merci à tous nos lecteurs et les gens qui nous suivent.

Jamaïque 2016-09-15 – Cinquième journée

2016-09-15_10h52m15sAujourd’hui on a prévu retourner faire du snorkeling au Middle Reef avec le capitaine Roger de Sun Baby Boat et tel que prévu, il arrive avec son bateau au Samsara à 9h00.

Il a une proposition pour nous, il doit embarquer d’autres personnes de l’hôtel Rockhouse qui vont venir avec nous sur le Middle Reef et aller ensuite manger de la langouste sur l’île de Booby Cay. Il nous propose de continuer avec lui à Booby Cay après la première plongée et pendant que les gens vont manger, il viendra avec nous pour une deuxième sortie et peut-être même faire le tour de l’île de Booby Cay. Nous sommes d’accord avec la proposition, car cette fois nous avons payé seulement 50$ pour aller explorer le Middle reef et pour le même prix, nous ferons deux sorties.

Comme la première fois sur ce récif il y a deux jours, le Middle Reef est toujours aussi beau et très coloré. Par contre, aujourd’hui il y a un peu plus de snorkeleurs à l’eau, provenant de différentes excursions et on se tient donc un peu plus à l’écart des groupes pour éviter ce que j’aime appeler ‘Le festival de la palme au visage’. On a vu plusieurs créatures dont quelques langoustes, des pieuvres, des concombres de mer, des étoiles de mer, un vers de feu et une bourse écriture

2016-09-15_11h14m18s 2016-09-15_11h23m18s 2016-09-15_11h30m10s 2016-09-15_11h32m11s 2016-09-15_11h35m32s 2016-09-15_11h37m51s 2016-09-15_11h38m15s 2016-09-15_11h40m14s 2016-09-15_11h40m40s 2016-09-15_11h41m17s 2016-09-15_11h43m01s 2016-09-15_11h43m39s 2016-09-15_11h44m46s 2016-09-15_11h44m48s 2016-09-15_11h44m52s 2016-09-15_11h45m27s 2016-09-15_11h48m08s 2016-09-15_11h48m36s 2016-09-15_11h49m49s 2016-09-15_11h49m50s 2016-09-15_11h50m16s 2016-09-15_11h53m21s 2016-09-15_11h54m09s 2016-09-15_11h54m56s 2016-09-15_11h55m44s 2016-09-15_11h56m17s 2016-09-15_12h00m30s 2016-09-15_12h02m10s 2016-09-15_12h08m08s 2016-09-15_12h11m20s 2016-09-15_12h11m58s 2016-09-15_12h12m03s 2016-09-15_12h12m30s 2016-09-15_12h13m19s 2016-09-15_12h13m28s 2016-09-15_12h14m45s

On est resté exactement une heure à l’eau. Les gens du Rochouse ont profité eux aussi de cette sortie. Le capitaine Roger était à l’eau avec eux et il était très attentionné. Certaines personnes étaient débutantes et il prenait soin de leur faire découvrir plein de choses et de les assister quand ils avaient de la difficulté.

2016-09-15_12h09m10s

On se diriger ensuite vers Booby Cay qui se trouve à environ 10 minutes en bateau du Middle Reef. Ça prend environ 30 minutes pour se rendre de l’hôtel Samsara au Middle Reef et un autre 10 minutes pour se rendre à Booby Cay, donc 40 minutes au total pour aller et un autre 40 minutes pour revenir. Aussitôt arrivés à l’île, les employés du Sun Baby Boat s’affairent à installer le nécessaire pour préparer un B.B.Q aux gens du groupe, tandis que nous partons en randonnée palmée avec le capitaine Roger pour faire le tour complet de l’île.

carte_booby_cay 2016-09-15_12h25m01s

Ici aussi on a rencontré plusieurs créatures, dont quelques poissons-porc-épic, une murène blanche et noire, un poisson-scorpion, un poisson-lion blanc et noir, un vers de feu et une famille de calmars. Le côté ouest de l’île, qui fait face au large, donne des allures de planète abandonnée ; les coraux sont beaux, mais donnent un air lugubre à ce côté de l’île. Probablement parce que ce côté de l’île est exposé aux forces de la mer. C’est différent et j’aime beaucoup découvrir tous les aspects du monde sous-marin. Nous étions sur le point de compléter le tour de l’île quand les assistants du capitaine Roger sont venus nous prendre en bateau au large, car les gens du Rockhouse avaient terminé leur repas.

2016-09-15_12h35m29s 2016-09-15_12h36m33s 2016-09-15_12h36m59s 2016-09-15_12h37m33s 2016-09-15_12h38m22s 2016-09-15_12h41m34s 2016-09-15_12h41m52s 2016-09-15_12h43m40s 2016-09-15_12h43m42s 2016-09-15_12h45m10s 2016-09-15_12h45m14s 2016-09-15_12h48m14s 2016-09-15_12h48m16s 2016-09-15_12h50m15s 2016-09-15_12h50m37s 2016-09-15_12h50m47s 2016-09-15_12h50m24s 2016-09-15_12h50m21s 2016-09-15_12h52m24s 2016-09-15_12h55m02s 2016-09-15_12h55m23s 2016-09-15_12h55m58s 2016-09-15_12h58m48s 2016-09-15_12h58m59s 2016-09-15_13h08m35s 2016-09-15_13h08m47s 2016-09-15_13h19m00s 2016-09-15_13h20m59s 2016-09-15_13h23m39s 2016-09-15_13h20m02s 2016-09-15_13h24m27s 2016-09-15_13h26m42s 2016-09-15_13h25m53s 2016-09-15_13h28m33s 2016-09-15_13h31m53s 2016-09-15_13h32m01s 2016-09-15_13h32m49s

Un autre bel avant-midi de snorkeling qui s’est terminé au bar de l’hôtel avec un verre de vin et  en regardant tomber la pluie. On a pris de superbes photos, car lors de cette excursion le soleil était au rendez-vous, l’eau était incroyablement claire et la profondeur autour de l’île était parfaite.

Demain sera une autre grosse journée, car on part en randonnée palmée vers le Rockhouse. Le capitaine Roger nous a indiqué plusieurs grottes et quelques beaux récifs à explorer tout au long du trajet.

Sainte-Lucie : Entre mer et monts (Jour 2) – Février 2015

DESTINATION : SAINTE-LUCIE
REGION : Gros Islet, Soufrière
(3ème partie)

Ce texte, je le dédie à Pierre Casavant, ami et instructeur de plongée sous-marine qui nous a quittés beaucoup trop tôt.  Non sans difficulté et avec un lot de patience, à mon ami  Éric et moi,  il nous a enseigné la plongée.   Pierre est parti avant que je puisse lui raconter ces petites victoires qui viennent avec la pratique…  

«Femme de peu de foi, tu verras que tu vas tripper en fou… »,  disait Pierre qui me voyait avec le teint vert avant chaque immersion de formation.  Lors de mon voyage à Ste-Lucie, mon aisance sous l’eau a fait un très grand pas de géant.

Pierre, il est à toi ce texte, tu sauras y retrouver ces petites et grandes victoires.  Merci l’Ami!


J’ouvre un œil et j’aperçois une faible lumière qui  transparait par la voilure de la porte-patio. D’instinct, je sais qu’il est tôt.  Le cadran me confirme qu’il est 6h05… Hop! Je n’ai pas de temps à perdre si je veux voir le matin prendre sa place.

J’adore me promener et découvrir les destinations au petit matin, c’est une perspective sensorielle en plusieurs dimensions : les odeurs de café sur fond d’air salin, les sons et exclamations provenant des cuisines, croiser des lèves-tôt et agréablement me surprendre à envoyer ou répondre aux solidaires salutations entre gens matinaux, apprécier cette sensation du vent et de chaleur sur ma peau, regarder autour et m’amuser à trouver des points de repères…

Photo_Beach1 Photo_Beach2 Photo_Beach3

Lors de chaque voyage et à chaque destination, je fais ma matinale immersion. Ici, sur Reduit Beach, il y a quelque chose qui me « ground », j’ai senti ce feeling dès le premier matin.  Le plan de match du jour devrait être bien sympathique : prendre un déjeuner sur la terrasse qui surplombe la plage, rejoindre l’équipe de Scuba Steve’s Diving (S.S.D.) sur le quai du Happy Day Bar à 8h15, plonger et ensuite profiter de la journée autrement.

Lors de notre séjour, nous étions en temps de pleine lune.  Certes, cela fait des soirées éclairées, mais ça donne aussi des marées plus fortes.  Et qui dit marée forte, dit eau davantage brouillées et mer plus agitée.  Reduit Beach n’y échappe pas ce matin; il est facile d’imaginer que se sera une virée plus « brasseuse » en bateau… Ce qui est le cas, mais le capitaine  manœuvre à travers les vagues avec aisance et plaisir!

Je ne regrette pas d’avoir enfilé 2 comprimés Gravol avant de partir, ça houle et mon estomac tient bien le coup!  On fait un arrêt au Windjammer Landing Hotel pour prendre 4 plongeurs. La manœuvre est laborieuse, le bateau monte et descend de plusieurs pieds et l’embarcation suit les vagues.  Non sans difficulté, les plongeurs montent à bord et on reprend la mer direction sud.

Aujourd’hui, nous plongerons les sites d’Anse Cochon, Anse La Raye Wall et Virgin’s cove.  Ces sites sont situés dans des anses qui sont protégées des vagues (ce qui est bien planifié pour les plongeurs en apnée).  Le site Anse LaRaye marque l’entrée dans la Réserve marine, c’est à une distance en bateau de 10 miles de Gros Islet.

Une petite anecdote avant de poursuivre : hier, à notre retour à l’hôtel par la mer, nous avons attiré l’attention de gens sur la plage, dont celles de Line et Yves.  Nous étions tellement emballées à raconter notre journée qu’ils ont décidé de se joindre à nous aujourd’hui.  Elle fait de l’apnée,  il fait de la plongée, ils sont de bonne compagnie; c’est donc agréable de partager cette journée avec eux.

Photo_Dive2Le plan de match pour les snorkellers est différent aujourd’hui car ils n’ont pas de guide dédié. Ils reçoivent les informations sur le secteur et se font identifier les points de repère.  Le bateau demeurera sur place, les rives sont non loin, les eaux sont calmes dans la baie.  Des pieuvres, des hippocampes et des tortues sont fréquemment aperçues dans les environs… brefs, de quoi s’amuser et palmer pour tout le monde!

On saute à l’eau à 10h12, le premier site est Anse Cochon nord ; on atteint un plateau vers 15’  et on poursuit la descente à 60’.   Mon masque embue dès les premiers pieds : tout en descendant,  je fais entrer un filet d’eau pour rincer la vitre puis je purge l’eau.  Voilà, c’est réglé et je vois bien!   Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, elle me stressait cette manœuvre…  ce souvenir me fait sourire et j’envoie une pensée à Pierre et Éric qui étaient là lorsqu’encore j’anticipais avec crainte de nettoyer mon masque sous l’eau.

La descente se poursuit…  même avec une belle vitre propre, c’est brouillé et ce n’est pas aussi clair qu’hier car les fonds marins ont été brassés par les courants et les fortes marées. Tout de même, c’est joli et coloré ici, il y a de grandes sections de coraux, de nombreux bancs de petits poissons et on se promène entre des massifs Photo_Dive3rocheux où la vie est dynamique.  Dans les sableuses sections, j’y ai vu de beau gros « duster worms », très comiques !  Ma balade sous-marine aura duré 53 minutes et j’ai peu consommé d’air car je reviens avec près de 1800psi (au départ, j’avais un franc 3000psi).  Wow !  je suis vraiment calme… ma respiration en témoigne.

Une joyeuse pause de surface où ça placote, le petit lunch offert par S.S.D. est accueilli avec plaisir et le soleil joue à cache-cache avec les nuages.  La pause sera de 50 minutes avant de retourner à l’eau et, cette fois-ci je porte le veston de mon wetsuit car j’anticipe les frissons… je me sens frileuse aujourd’hui et se serait triste de couper ma balade.

Photo_Dive73-2-1… c’est un départ pour la seconde immersion qui enchaînent les sites de Anses La Raye wall et Virgin’s Cove.  Lors de la descente, il y a un léger courant et la visibilité est meilleure, il y a moins de sédiments. C’est plaisant et aérien  de descendre ce mur, ça grouille de vie.

Nous sommes 7 plongeurs et 2 guides, dont Shirley qui est en tête et qui avance lentement avec son pointeur à l’affût. Elle prend le temps d’arrêter, montrer et faire des signes.   Ok, je ne les comprends pas tous,  j’ai du travail à faire en matière de reconnaissance des signes.  Je projette de prendre un petit cours d’identification des espèces (quel beau projet…).

On avance tranquillement, les plongeurs maintiennent un bon espace entre chacun, c’est plaisant.  Je devance le guide qui ferme le rang, j’avance lentement tout en regardant le mur, puis je la vois… une superbe pieuvre !  Elle est là, recroquevillée… puis elle se déploie et avance entre les rochers.  De brefs coups d’œil à gauche et à droite me font croire qu’il semble que je suis seule à la voir. Je profite de quelques secondes d’observations solitaires avant de faire signe au guide tout en mimant ma propre interprétation du signe visuel identifiant la pieuvre.   Puis « pouf », elle s’éloigne rapidement et envoie un jet d’encre.

Photo_Dive8La plongée se poursuit le long du récif… gorgorian et brain coral, basket sponge, concombre de mer, raie des sables, barracuda, trumpetfish, etc.  C’est une bien jolie balade de 48 minutes que nous avons fait et je remonte avec un peu plus de 1000psi en bouteille pour une profondeur maximale de 56 ‘.

Photo_Dive4La  “Soufriere Marine Reserve”  est un site protégé et un frais spécifique est chargé aux opérateurs par un permis de droits annuels.  Chez S.S.D., c’est $5USD qui est chargé par jour, à raison d’un $15USD max par séjour.  Les fonds recueillis sont gérés par la Reserve, une organisation à but non lucratif autorisée par le gouvernement de Sainte-Lucie.

Photo_Dive6D’ailleurs, lors de l’une de nos sorties dans le secteur Soufrière, nous avons été contrôlés par les « rangers » de la Reserve.  L’association a le mandat d’action et de prévention,  la conservation des milieux naturels,  le développement durable auprès des secteurs des pêches et du tourisme, effectuer des recherches et évaluations de santé des fonds et coraux, etc.

Photo_Diver1À voir les résultats et la beauté des fonds marin de Sainte-Lucie, ça ne me rend pas amer de défrayer ces coûts.  Certes, les plongées sont relativement coûteuses ici, mais je considère qu’avec la qualité de service et d’installation de S.S.D., c’est bien acceptable.  La destination est sublime, les fonds marins sont en santé, je suis en bonne compagnie, la météo m’est parfaite… je le savoure vraiment mon voyage annuel !

Au retour à l’hôtel, en début d’après-midi, on s’offre un petit casse-croûte et une Piton Beer, la traditionnelle et populaire bière du pays.  Rien de tel pour  planifier les jours à venir… demain sera l’exploration du Parc de Pigeon Island, le lendemain se sera en plongée et la journée suivante nous serons en excursion de montagnes. C’est le gros plan… vous pourrez en découvrir les détails dans la prochaine chronique !

« Older posts