Roatan 2017-06-29 – Quatrième journée

Ce sera un résumé bref de la journée

Disons que les éléments de la nature et autres choses n’étaient pas de notre côté aujourd’hui

On a pas fait de snorkeling ce matin car on a réservé une sortie avec le centre de plongée qui inclut deux sorties en apnée avec en plus la visite d’un jardin d’étoiles de mer et admirer le coucher de soleil en pleine mer

Donc pour être bref, la première sortie de snorkeling était trop profonde. On s’est plaint au guide qui nous a mentionné qu’il ne pouvait aller dans des endroits peu profonds avec des débutants en apnée

On lui a demandé de faire un compromis pour la deuxième sortie et aller dans un endroit ou il pourrait faire visiter le récif en profondeur aux débutants et de notre côté on pourrait explorer un récif peu profond. En route on a fait un petit détour au Anthony’s key Resort où il est toujours possible de voir des dauphins

   

Pour le jardin des étoiles de mer, on s’est poussé au large pour aller voir le récif et à notre retour au bateau, personne n’avait vu d’étoiles de mer, alors on avait rien manqué.

La dernière sortie de snorkeling a été mieux, on a pu se rendre sur le récif moins profond, mais on est toujours limité par le temps ce qui est agaçant

                

Et pour la fin, on a pas pu voir le coucher de soleil car le ciel était voilé.

Donc une journée d’excursion qui a coûtée 120$ US pour très peu de satisfaction en retour

On ne parle pas ici d’un catamaran, mais bien d’un bateau de plongeurs avec très peu de confort et sur lequel on a reçu de l’eau visage pendant la moitié du trajet

Finalement, une journée à mettre dans la filière “On oublie ça”

Notre seule consolation est d’avoir rencontré un couple de personnes charmantes avec qui on a passé une partie de la soirée

Roatan 2017-06-28 – Troisième journée

Aujourd’hui direction Media Luna avec notre ami Darling

On s’est levé un peu plus tôt pour avoir le temps de déjeuner et aller chercher la voiture. On avait préparé toute la paperasse de location la journée précédente donc ça ne devrait pas être long pour récupérer la voiture

En revenant à l’hôtel, Darling nous attendait déjà sur la terrasse à l’extérieur de la salle à manger

La route vers le Media Luna qui est à environ 18 km du Henry Morgan prend plus d’une heure en voiture. Si vous n’avez jamais conduit au Roatan, les routes sont très sinueuses, pleines de trous avec des pentes très raides en montée et en descente. La vitesse moyenne est de 40 kmh. À un seul endroit j’ai réussi à monter jusqu’à 55 kmh. Donc se rendre n’importe ou sur l’île est très long

Comme par exemple, aller du Henry Morgan à Paya Bay qui est à environ 30km, ça prend plus de deux heures car en plus, une partie de a route n’est même pas asphaltée

Pour se rendre au Media Luna, on doit emprunté pour quelques kilomètres une route qui n’est pas asphaltée. Darling nous expliquait que c’est ainsi parce qu’un partie de la route passe sur des terres qui n’appartiennent pas au Media Luna. Quand on arrive sur les limites du Media Luna, la route est très belle et bien entretenue

Première impression du Media Luna? Wow l’hôtel est visuellement incroyable. Le site est immense. Je m’attendais à quelque chose de petit et modeste, mais c’est tout au contraire très grand, très beau et très luxueux. Le Media Luna a été inauguré en 2010 et Darling y a travaillé pendant 7 ans, jusqu’en janvier 2017. Il est aujourd’hui superviseur de la salle à manger et nous a obtenu des bracelets pour la journée qui nous donne accès à tout sur le site

Le hall d’entrée est immense, très haut et dégagé. On sent la brise qui monte de la mer y passer en permanence. La salle à manger est aussi très belle ; construite en paliers elle sert de salle à manger et salle de spectacle en même temps. Par contre, celle-ci n’est pas climatisée mais selon Darling, il y a du vent en permanence. Le buffet est très similaire à celui du Henry Morgan et tout aussi délicieux. Il y a autant de choix sinon peut-être quelques petites choses de plus, mais à la base c’est pareil.

     

Il y a des centaines de villas tout le tour de la baie, c’est immense et vraiment très beau. Darling nous a fait visiter une villa avec lit king, une autre avec lit double et une suite à deux chambres à coucher et deux salles de bains. Cette alternative est intéressante pour ceux qui voyagent avec des amis. En fait, ce sont deux villas qui communiquent ensemble, mais que l’on peut aussi fermer pour conserver notre intimité. C’est bien pensé et fonctionnel. Le balcon extérieur fait la longueur des deux villas ce qui est très intéressant

              

À l’extérieur de la salle à manger, il y a deux piscine et plusieurs paliers ou l’on peut s’installer pour prendre un verre ou prendre un peu de soleil. La plage est très belle mais pas très grande. Pour combler un peu ce manque, ils on construits des terrasse en bois un peu plus haut ou l’on peut s’installer pour prendre du soleil sans avoir les désagréments du sable et on descends quelques marches pour accéder à la plage

        

Il y a un grand bar central accessible facilement depuis les piscines et la plage

Le Media Luna est situé du coté de l’île ou il y a des vagues en permanence. La page étant dans une baie est un peu plus protégée, ainsi que le peu de snorkeling qu’il y a à faire dans le secteur de la plage

Dans notre cas, on c’est rendu au centre de plongée et de cet endroit, on peut apercevoir le canal qui relie les différentes îles et alimente la baie de Media Luna. On pouvait voir de là la grande bande de coraux qui semblait vraiment très belle mais il y avait de bonnes vagues et semblait y avoir beaucoup de courant

 

J’ai demandé à quelqu’un du centre de plongée si le courant était trop fort pour s’y aventuré et il m’a confirmé que cet endroit de snorkeling semble inaccessible, mais qu’il n’y avait aucun courant, simplement des vagues et que si on pouvait négocier avec celles-ci, il n’y avait aucun danger

 

On c’est lancé à l’eau et dirigé directement à l’endroit ou les vagues viennent se briser et effectivement, il n’y a aucun courant, on fait du sur place mis à part le fait que quelques vagues viennent nous brasser un peu

À cet endroit ou les vagues commencent, le récif est abîmé, mais plus on s’éloigne de la côte et se rapproche de l’île d’en face, le récif devient vraiment très beau. Je ne m’attendais vraiment pas à ça, je suis impressionné. Il n’y a pas beaucoup de poissons, comme un peu partout à date, mais le récif est vraiment très beau. Il y a de quoi explorer pour un bon bout de temps. On peu se laisser dériver tranquillement jusqu’à l’île d’en face et probablement même en faire le tour. J’ai vu un jardin de cornes d’élans incroyable, comme je n’ai jamais vu ailleurs. Plus gros et plus impressionnant que celui de Jibacoa

                    

On est resté environ 1h15 à l’eau et on ne voulais pas vraiment sortir mais il fallait aller manger avant que la salle à manger ferme. Le retour vers le rivage a été un peu plus difficile à cause des vagues qui nous faisaient voyager un peu en sens inverse, mais rien de paniquant, il faut juste prendre son temps et rester en mouvement

Après le dîner, on a relaxé un peu (chose que je fais rarement) sur la terrasse à coté de la piscine pour environ heure le temps que Darling termine ses tâches

Sur le chemin du retour on est arrêté dans un marché pour acheter un rhum du Honduras, le Plata Premium et ensuite plus près du Henry Morgan, dans une rhumerie artisanale ou j’ai acheté un rhum du Roatan qui s’appelle de Wandering Spirit et qui est vraiment délicieux. Pour ceux qui aiment le rhum vanillé, ce’st un très bon choix.

Vu qu’on avait la voiture, on a terminé la soirée avec un bon petit souper romantique avec un beau coucher de soleil dans le petit village de plongeurs de West End

Alors notre verdict… Si j’ai à revenir au Roatan, ce sera au Media Luna pour la beauté et la tranquillité des lieux. Si vous recherchez la tranquillité et le calme, c’est l’endroit tout désigné. Par contre, cette tranquillité vient avec un prix ; la plage n’est en rien comparable à Tabyana Beach de West Bay ou se situe le Henry Morgan.

Autre point important, pour nous, tranquilité et calme peu rapidement se transformer en excursion autour de l’île en voiture car c’est le genre de chose que l’on fait. Donc le fait d’être éloigné dans un endroit un peu plus retiré ne nous arrête pas.

Le centre de plongée offre des sorties de snorkeling à tous les jours au coût de 20$ par personne pour une seule sortie et 25$ par personne pour deux sorties (oui c’est ça, seulement 5$ de différence)

Donc, si vous n’êtes pas aventureux et recherchez calme, tranquillité et beauté, le Media Luna est pour vous

Personnellement, je choisirais cet hôtel sans hésiter

Dernier fait important à retenir. À compter de décembre 2017, le Media Luna va commencer à recevoir des croisiéristes au compte d’environ 100 personnes par journée ou un bateau de croisière sera présent sur l’île

Roatan 2017-06-27 – Deuxième journée

J’aimerais faire une mise au point sur mon article d’hier : Le but n’était pas de décourager personne mais plutôt une constatation de l’évolution des choses depuis les 7 dernière années

Aujourd’hui sera une journée un peu plus tranquille car il n’y a pas de croisière. Le Roaran demeure une belle destination mais qui évolue plutôt mal coté tourisme. Le cachet unique qui appartenait au Roatan il y a plusieurs années n’existe plus aujourd’hui quand les bateaux de croisières sont présents au port. Quand les croisiéristes ne sont pas présents c’est plus tolérable mais il y a quand même beaucoup de bateaux stationnées devant les hôtels

Pas de snorkeling ce matin, pour ma part je vais passer du temps à essayer de nous trouver une voiture pour aller faire demain une revue du Media Luna qui est à environ 1 heure de route du Henry Morgan. Nous serons accompagnés de Darling que nous avons rencontrés en 2007. Il était à cette date un serveur dans la salle à manger du Henry Morgan. Aujourd’hui, il est superviseur des salles à manger du Henry Morgan et du Media Luna

Depuis 7 ans, je n’avais pas beaucoup de souvenirs de la nourriture, mais je peux vous affirmer que l’on mange très bien. Le buffet est varié, les plats sont chauds et les légumes sont délicieux. Les pâte sont vraiment très bonnes. Il n’y a pas de bar à pâtes mais tout les soirs quelqu’un prépare deux sortes de pâtes avec sauce différentes que l’on peut se servir soi-même dans les réchauds. Nous vous laissez tromper par le fait que les pâtes sont dans un réchaud, je vous rappelle que le Henry Morgan appartient à des Italiens et les pâtes sont toujours al dente et excellentes. C’est franchement meilleur que la plupart des tout inclus qui vous font bouillir des pâtes dans de l’huile d’olive et vous servent ça avec des légumes à peine cuits

Cet après-midi en snorkeling, on a fait les choses différemment ; plutôt que de longer le récif, on a explorer la zone ou se fait le snorkeling de nuit. En fait on a exploré la plupart des plateaux de récif entre le Infinity Bay et la grosse roche. C’est sur ce genre de récif que l’on peut y rencontrer le plus de créatures et comme de fait, on a croisé un serpent gris et blanc, une langouste et deux petits calmars qui faisaient la pause pour la caméra

                    

J’aimerais spécifier que lorsque j’écris sur Facebook, il s’agit d’un extrait des articles complets qui seront publiés avec plusieurs photos et vidéos à mon retour au Québec

Merci à tout le monde de nous suivre et pour vos commentaires pertinents qu’on lit avec passion

Roatan 2017-06-26 – Première journée

Que dire…

Le Roatan, jadis un oasis de paix, tranquillité et silence est devenu le boardwalk des croisiéristes et le fast food du snorkeling. Il y a tellement de bateaux à l’eau et de gens sur le plage que s’en est rendu complètement désagréable.Il y a tellement de snorkeleurs dans l’eau que c’est le festival de la palme au visage.

Devant le Infinity Bay, le récif est complètement mort. Il faut aller très loin vers la gauche en direction de la pointe pour voir quelques récifs vivants ou bien se diriger vers le large ou le récif se sépare en deux pour y voir de beaux coraux, mais tout de même assez profond (20 à 25 pieds). J’imagine que c’est pour cette raison qu’ils sont encore beaux, personne ne peut les piétiner. Il n’y a pas que le réchauffement de la planète qui abîme l’environnement, les imbéciles aussi.

De la musique partout, l’odeur de gazoline et de diesel, les bruits de moteurs de bateau, les gens qui crient et font la fête. Non ce n’est pas le Roatan que j’ai connu il y a 7 ans.
Ceci dit, je crois que vous avez compris, je suis très déçu. Nous avons passé environ 1h30 à l’eau en avant midi et la seule chose intéressante que j’ai réussi à voir est une petite bourse écriture. Pas beaucoup de poissons, pas beaucoup de coraux colorés,mais beaucoup de monde, beaucoup de bateaux et beaucoup de bruit. Suite à cette première sortie, on a décidé qu’on ne ferait plus de sortie sur le récif à partir de la plage et utiliserait plutôt les services du centre de pongée pour sortir en après-midi avec les plongeurs bouteilles.

Chaque après-midi, ils font une sortie en eau peu profonde et proche d’un récif différent chaque fois. Il faut payer habituellement 15$ US par personne pour une sortie d’environ une heure. Parfois le lundi ils font un spécial à 10$ par personne. Ces sorties valent vraiment la peine car vous allez sur un récif différent chaque jour et ne sont pas accessible par la majorité des vacanciers, donc très en santé

Cet après-midi le bateau du centre de plongée nous a amenés au site de Turtle Crossing et devinez quoi? On a croisé une une très belle tortue verte. Le récif était en santé et peu profond. Pas nécessairement mon type de récif préféré, mais ça faisait du bien de voir un récif en santé sans recevoir de coup de palmes au visage. Le courant au Roatan est de sens contraire auquel on est habitué quand on va à Bonaire (c’est nornal Bonaire fait face à la côte du Venezuela qui est du même côté que le Roatan). On est parti à contre courant pour environ 15 minutes, le temps de se rendre sur la partie peu profonde du récif. On s’est ensuite laissé dériver pour environ 30 minutes en direction du bateau en explorant chaque recoin du récif. Malgré un récif en santé, je n’ai pas vu beaucoup de poisson et aucune murène, pieuvre et autre créature que l’on voit souvent dans les Caraïbes.

          

J’ai aussi testé aujourd’hui une nouvelle caméra qui se dit être une copie des Go-Pro et j’ai été très déçu de cette petite caméra. Malgré des vidéo en 4K et des photos d’assez bonne qualité, la caméra, tout comme la Go-Pro, n’a pas été conçue pour la plongée mais vraiment pour les sportifs extrêmes. Pas facile à utiliser et la pile tombe rapidement à plat. Elle n’est pas facile d’utilisation et malgré le fait qu’elle offre un écran (chose que Go-Pro n’offre même pas) Il n’y a pas de bouton pour enregistrer ou prendre des photos directement ; il faut changer de mode via le menu à chaque fois ce qui est très désagréable. Je ne veux pas me lancer dans une revue de caméra numérique, mais disons que ce type de caméra ne répond pas à mes besoins en tant que snorkeleur.

Je suis désolé si je viens de “péter votre bulle” comme on dirait au Québec, mais c’est probablement la dernière fois qu’on vient vient dans la région de Tabyana Beach au Roatan. Par contre, après avoir rencontré des amis Honduriens, on part mercredi pour le Media Luna pour y passer une partie de la journée et y évaluer la plongée en apnée à partir du rivage. Je vous donnerez plus de détails à mon retour. Entre temps, on va utiliser les services du centre de plongée TGI pour nos randonnées palmées

Jamaïque 2016-09-16 – Sixième journée

Dernière journée en Jamaïque et pour clore cette belle aventure, on a décidé de s’offrir une randonnée palmée extrème en palmant jusqu’à l’hôtel le Rockhouse et revenir au Samsara. En route on compte visiter un petit récif dont le capitaine Roger nous a indiqué l’emplacement la journée précédente. Celui-ci semblait très beau et assez gros pour y passer un peu de temps. Il y a aussi plusieurs grottes et petites baies à explorer au cours du trajet.

Donc à l’eau vers 10h, on se dirige tout doucement vers le Rockhouse hôtel en explorant chaque petit recoin de la falaise. Un peu dépasser l’hôtel Xtabi, il y a une petite maison isolée sur le dessus de la falaise et selon mon souvenir, le toit était de couleur verte. C’est à cet endroit que l’on doit se diriger vers le large pour aller à la rencontre du petit récif. On est tout de même sorti assez loin au large et nous avons en effet croisé un très petit récif qui avait beaucoup de vie et de couleur, mais il nous semblait beaucoup plus petit que lorsqu’on l’avait aperçu depuis le bateau du capitaine Roger. Par contre, les bateaux à fond de verre font souvent un effet de loupe et peut-être que le récif est plus petit que ce que nous avions cru voir. On était perplexe et pas certains d’avoir exploré le bon endroit. Mais en regardant au loin, on pouvait apercevoir l’hôtel le Rockhouse et le bateau Sun Baby Boat du capitaine Roger était ancré juste devant. On a décidé de continuer vers le Rockhouse et que s’il était toujours ancré devant l’hôtel à notre arrivée, on lui demanderait de nous amener directement sur le récif. De cette façon on sera certain de l’endroit. Il restait tout de même une bonne distance pour se rendre depuis le petit récif (environ 750 mètres) et tout au long du trajet, on fixait le bateau pour s’assurer qu’il restait ancré.

     

Une fois arrivé au bateau, le capitaine Roger était absent mais son assistant qui nous connais bien était présent. Nous lui avons demandé s’il pouvait venir nous déposer directement sur le récif suggéré par le capitaine lors de la dernière excursion. Il savait exactement de quel récif il s’agissait et nous a demandé de monter à bord. Il est venu nous déposer exactement sur le même récif que nous avions déjà exploré et qu’on trouvait petit. On a donc prit la peine de l’explorer un peu plus à fond pour constater que ce récif est en pleine santé avec beaucoup de poissons. Nous y avons passé environ 20 minutes pour ensuite nous diriger à nouveau (pour une 2e fois) vers le Rockhouse hôtel. En quittant le large et en arrivant près de la falaise, nous avons fait la rencontre d’une superbe raie aigle qui nous a offert un beau spectacle ; elle a tournée autour de nous à quelques reprises en se laissant glisser tout doucement au travers cette mer limpide. Elle était de bonne dimension et on a pu s’en approcher pour prendre une très belle vidéo. Remarquez le petit remora qui la suit constamment, il viendra nous rendre visite seul un peu plus tard lors du retour vers le Samsara.

      

Après avoir exploré le récif, on se dirige donc encore une fois vers le Rockhouse qui est environ à 750 mètres. Il y a plusieurs grottes et l’eau est beaucoup plus claire que lors de notre première visite sur ce site. Par contre, le spectacle sous-marin demeure des falaises et loin des récifs auxquels nous sommes habitués. On fait tout de même le tour du site avant de se diriger à nouveau vers le Samsara qui est à quelques kilomètres.
     
Sur le chemin du retour, on a croisé un petit remora qui cherchait a se coller contre nous. Ces petits poissons sont très insistants et c’est assez difficile de s’en défaire. Quand on est à la verticale d’ans l’eau, il tourne autour de nous, mais aussitôt qu’on se met à l’horizontale pour essayer de palmer, il s’approche pour essayer de se coller à nous. Il s’est collé à deux reprises sur ma cuisse droite. Les remoras sont inoffensifs mis à part le fait qu’ils sont des profiteurs qui aiment se coller à des hôtes pour se laisser traîner. Ils ne laissent pas de traces sur votre peau s’ils viennent s’y coller. Ils n’utilisent pas la succion mais plutôt un mécanisme complexe qui comprend une structure modifiée d’aileron ; des pointes (appelées spinelles) qui génèrent des frictions pour adhérer à l’hôte. Ça nous a pris environ 5 minutes pour le décourager pour qu’il passe à autre chose et nous quitte. Cinq minutes ne semble pas très long, mais quand vous êtes dans l’eau à essayer d’éloigner un poisson, tout devient relatif.
 

Cette excursion nous aura prit 2 heures et 56 minutes à l’eau (c’est un nouveau record de temps passé à l’eau en une seule sortie pour nous) et nous avons parcouru plus de 4 km au total.

          

Merci à tous nos lecteurs et les gens qui nous suivent.

« Older posts