Croisière transatlantique 2018

Bonjour tout le monde

Tel que promis il y a quelques semaines, voici les informations concernant notre deuxième voyage pour l’année 2018. Le concept derrière ce voyage est complètement différent, mais nous pourrons peut-être y intégrer quand même un peu de randonnée palmée.

Il s’agit d’une croisière transatlantique, communément appelée une croisière de repositionnement : C’est quand les grandes compagnies de croisières déplacent certains de leurs bateaux de l’Amérique vers l’Europe, ou le contraire de l’Europe vers l’Amérique. Ce type de croisière permet à prix très abordable, de visiter des endroits incroyables et de profiter d’un bon repos sur un bateau luxueux lors de la traversée de l’atlantique (5 jours en moyenne).

Marie-Josée et moi rêvons depuis toujours de visiter les pays de l’Europe du Nord et une croisière transatlantique est le moyen parfait d’en visiter plusieurs, sans avoir à se trouver un logement à chaque endroit. Avec une croisière, votre hôtel vous suit partout et vous pouvez faire escale dans plusieurs pays que vous n’oseriez jamais visiter autrement.

Nous avons donc choisis une croisière transatlantique de la compagnie NCL (Norwegian Cruise Line) d’une durée de deux semaines en octobre 2018, qui part de Copenhague en Europe et se termine à New York en Amérique. Voici notre itinéraire sur deux semaines :

Jour 1 = Copenhague (Danemark) Embarquement à 17h
Jour 2 = Göteborg, Suède de 8h à 17h
Jour 3 = En mer
Jour 4 = Southampton, Londres (Angleterre) de 8h à 20h
Jour 5 = En mer
Jour 6 = Cork (Cobh) (Irlande) de 8h à 17h
Jour 7 = En mer
Jour 8 = En mer
Jour 9 = Ponta Delgada, (Açores) de 8h à 17h
Jour 10 = En mer
Jour 11 = En mer
Jour 12 = En mer
Jour 13 = En mer
Jour 14 = En mer
Jour 15 = New York, (New York) Débarquement à 8h

On se rend trois jours d’avance pour prendre le temps de visiter pleinement le ville de Copenhague. Nous avons déjà acheté la croisière ainsi que tous les vols :

Vol Montréal –> Copenhague avec escale de 1h30 en Islande
Vol New-York –> Montréal au retour

Il nous reste à réserver notre appartement à Copenhague. On a déjà trouvé quelques alternatives intéressante, il faut simplement faire un choix et calculer le meilleur rapport qualité, emplacement et prix. Il faut savoir que le coût de la vie est très élevé à Copenhague, surtout pour se loger.

La température ambiante moyenne en octobre est d’environ 12 degrés Celsius à chaque escale, sauf pour les Açores ou la température est de 22 degrés. C’est aux Açores que nous allons essayer de faire de la randonnée palmée

J’ai inclus quelques images des endroits que nous allons visiter. Faites-moi savoir dans les commentaires si vous seriez intéressés de connaître les coûts d’un tel type de voyage? Vous seriez surpris de savoir à quel point ça peut être abordable.

 

Continuer à lire

Le décompte est lancé – Montego Bay (Jamaïque) 2018

Voilà, le décompte est lancé! Le départ dimanche matin 7h, direction Montego Bay en Jamaïque. Nous logerons au Royal Decameron Cornwall Beach ; un petit hôtel avec un total de 146 chambres, dont 142 chambres « standard » et 4 chambres « suite junior ». Elles ont toutes vue sur la mer et sont aménagées dans un style moderne aux touches Caribéennes.

Nous sommes déjà en contact avec le centre de plongée de l’hôtel et quelques opérateurs de tours de snorkeling dans la région, dont un qui offre une excursion de nuit pour voir un phénomène unique de bioluminescence visible seulement dans deux endroits dans le monde, dont la Jamaïque

Reste à savoir si on aura aussi le temps de se reposer un peu. Suivez-nous tout au long de la semaine prochaine. Selon la disponibilité du wifi, on viendra publier nos aventures

Montego Bay (Jamaïque) 2018

Voici donc les informations concernant notre premier voyage cette année : Nous serons au Royal Decameron Cornwall à Montego Bay en Jamaïque du 18 au 25 mars 2018.

Il ne s’agit pas d’un voyage axé strictement sur la randonnée palmée mais il y a trois beaux récifs à explorer à partir du rivage. J’ai déjà mesuré mes distance et tracé mes cartes pour rejoindre chacun des récifs

J’ai joint mes cartes qui seront aussi disponibles sur notre blogue à notre retour de voyage

Je sais qu’il y a des mises en garde concernant la sécurité en Jamaïque, mais ça date du mois de janvier et nous avons parlé à des gens qui arrivent de cette destination et il n’y a aucun problèmes. Personne n’est à l’abri du danger et c’est pourquoi nous avons opté pour un tout inclus et nous allons nous déplacer de façon sécuritaire avec les transports de l’hôtel

  

Péninsule Ancon à Trinidad… et la plongée en apnée en juillet 2017

Lors de mon séjour à Trinidad en juillet 2017, j’étais en compagnie de ma nièce (13 ans), de mes amis, de leur fille (9 ans) et de son amie (8 ans): 6 compères en vacances à la mer avec le goût de jouer dans l’eau, de fuir les horaires et découvrir un nouveau coin du monde.

Nous avons profité d’un vol direct de Montréal à Cienfuegos. Je le précise car pour un séjour à Trinidad, le lieu d’atterrissage pourrait être à valider lors de votre réservation. Cienfuegos-Trinidad, c’est une route de 45 minutes, tandis que l’option Santa Clara est à plus de 2h00 (quasi 3).

Pour mes amis et moi, Trinidad et la Péninsule Ancon s’annoncent être un excellent choix car il n’y a pas foule (cette destination n’étant pas dans les plus « populaire »), le séjour est à rabais et nous avons la mer des Caraïbes tout à côté pour nous baigner, plonger, s’amuser et se reposer.

Nous logions à l’Hotel Brisas Trinidad del Mar, dans 2 chambres doubles du même bloc. L’hôtel Brisas est celui qui compte le plus d’étoiles dans ce secteur, c’est-à-dire 3 ½. Nous logeons près de la plage et des rangées de palmiers nous sépare du sable. Le site est tranquille, la clientèle familiale, la piscine est vaste. Jouer dans l’eau pendant les 7 jours? C’est sûr que c’est « Mission accomplie »! Lors des journées de vent et d’algues à la mer, la piscine a fait le bonheur de tout notre petit monde.

À part la mer? Il y a les montagnes de l’Escambray, des forêts luxuriantes, des chutes, des villes et villages, la colorée Trinidad et son histoire à raconter… Nous avons exploré les montagnes à cheval et la ville à pied, ce fût une expédition des plus intéressantes qui a elle seule occupe une grande part de l’album souvenir (je me permets de vous offrir un petit « teaser » )

 

  

Afin que tous les membres de notre famille de voyage puissent vivre ensemble une expérience de plongée en apnée mémorable, nous avions dans l’idée de faire « l’expédition snorkeling » (celle qu’on appelle le « placement sûr »), vendue par un tour opérateur et qui mène le groupe à Playa Blanca en catamaran incluant le repas de langouste. Lorsque nous avons vu la facture de cette expédition (45CUC/adulte) et que nous avons regardé le budget disponible, nous avons optés pour une autre solution.

 
Nous nous sommes créé notre propre expédition, notre formule « sur-mesure ». Nous avons fait affaire avec un opérateur qui est basé devant Hôtel Ancon pour 10CUC par adulte et 5CUC par enfant. C’est ainsi que nous nous sommes offert une virée privée sur un catamaran pour explorer un généreux récif local qui se trouve à moins de 2km de la rive…

  

Le bateau démarre; il n’y a que nous, le capitaine et son second. Pour se rendre au récif, c’est à moins de 30 minutes. Nous profitons de cette balade, la mer est calme, nous sommes bien installés sur l’embarcation qui avance doucement vers le point où nous irons plonger. C’était réellement adorable de voir les enfants se préparer, de les écouter énoncer leurs attentes, de se laisser porter au rythme du bateau, de se préparer à l’immersion… au fil de nos discussions, de nos réflexions, le rivage s’éloignait et la fascination grandissait devant la vue des récifs défilants sous le catamaran.

  

Nous arrivons sur place, il y a 2 autres bateaux. À cette constatation, je crains d’arriver sur un autre site victime de sa popularité et brisé par les coups de palmes. Mes craintes s’estomperont rapidement dès mon entrée à l’eau.

L’eau est limpide… une très bonne visibilité, l’état et l’éclat des coraux est magnifique! Le récif est entre 1 et 3 mètres de profondeur; c’est une belle randonnée palmée pour les débutants et les enfants car il n’y a pas de courant et qu’il y a beaucoup à voir. Pour les gens moins à l’aise avec l’immersion complète, il est possible de se laisser flotter et d’admirer le tableau, sans trop d’effort.

La variété des habitants du récif est impressionnante : corail salade, gorgones, éponges tubulaires, oursins… et les poissons y sont nombreux : cardinal, chirurgien, perroquet, ange, lion, sergent-major, etc. Il y a beaucoup d’animation sur ce récif.

    

En tout et partout, notre excursion a durée 2h30 et si ce n’avait été que c’était à notre dernière journée de séjour, je l’aurais refait! Il y a beaucoup à explorer sur ce récif et ce type de randonnée palmée accessible permet de voir un nombre impressionnant d’espèces; je la recommande fortement.

Palme, masque, tuba et immersion loin de la rive ont été une activité marquante pour toute notre famille de voyage. Nous étions de retour sur la Playa Ancon en début d’après-midi et nous avons terminé la journée à la plage, puis à la piscine.

Dans mes notes de voyage, j’ai trouvé l’annotation « À explorer : Playa Aguilar ». Je me suis fait dire que ce site est à voir, non loin de Playa Ancon et que l’apnée à partir de la plage y est intéressante… Une autre bonne raison d’y retourner!

Depuis mon retour, je me suis fait demander: « pourquoi Trinidad n’est pas dans les chouchous des destinations cubaines et pourquoi est-elle méconnue? ». La destination est moins prisée peut-être parce qu’il n’y a pas de grands complexes de luxe? Peut-être parce qu’il faut déposer ses valises dans des hôtels ayant besoin de rafraîchissements? Je crois que les agents de voyages ne doivent pas prendre de chance à envoyer leurs clients dans cette région s’ils ne les connaissent pas bien.

La Playa Ancon à elle seule est un atout, elle est très longue et superbe de son sable blond. Souvent, il y a des occasions de séjour à tarif très surprenant…

 

 

Trinidad à Cuba en juillet 2017

En juillet 2017, j’ai exploré le secteur de Trinidad à Cuba. Un nouveau voyage entre mer et monts, dans une région généreusement gâtée de la nature. Trinidad est une région bordée par une barrière de la Mer des Caraïbes et les montagnes de l’Escambray.

  

Nous demeurions dans le secteur hôtelier de la Péninsule Ancon, à moins de 15 kilomètres de la ville de Trinidad. Ses belles plages de sable blanc s’étendent sur une douzaine de kilomètres. Les vacanciers d’un jour comme de longs séjours se répartissent d’Est en Ouest, les plages sont publiques et quelques bateaux attendent les touristes qui désirent pêcher en haute mer ou encore pour aller faire de l’apnée dans des secteurs plus éloignés. Ce n’est pas l’animation colorée de la plage de Negril ni la foule de West End au Roatan; c’est la plage Ancon et son ambiance familiale.

Le but du voyage n’était pas la plongée, mais le repos… dans un contexte de budget calculé serré. Lors de mon séjour, j’ai plongé sur deux journées et une autre a été dédiée à la plongée en apnée en famille. Certes, mon équipement ne se sera pas usé outre mesure lors de ce voyage, mais j’aurai bien profité de ces immersions!

Le centre de plongée qui autrefois était installé à l’Hôtel Ancon est maintenant dans un bâtiment indépendant et plus à l’Est. Le « Cuba dive center Marlin Trinidad ” est l’opérateur du coin et une équipe de longue date veille aux activités. Pas de réservation formelle longtemps d’avance : on se présente, on s’inscrit et on y va.

Au premier matin, plongée prévue à 9h00. Nous arrivons sur place à 08h15 pour l’inscription et se donner le temps de se préparer (rappelez-vous… nous avons nos habitudes de binômes, notre rituel de confiance, notre bulle). Nous sommes sur place avant le personnel. Se présente le sympathique Igor vers 8h30.

 

Il faudra un brin de patience avant de partir car les bouteilles sont à remplir au compresseur avant le départ (il y avait panne de courant la veille). Plonger à Trinidad, c’est « Cuban Way » j’avais entendu dire… ok, on relaxe et quand ça sera prêt, on partira… cessez de regarder l’heure. En tout et partout, on aura compté près de 2 heures avant de partir : remplissage des bouteille, équipements, préparation du bateau.

Le temps file au son du compresseur qui fonctionne. L’un des guides qui nous accompagnera nous explique qu’il y a une vingtaine de points de plongée; les fonds sont peu profond (la plupart pour moins de 80’), ce qui permet d’appréciera les poissons tropicaux, le corail noir, les tortues, et les crustacés. Des tortues, ici? J’avais eu ouï-dire que les tortues étaient rayées de la carte cubaine pour cause de surpêche… Je suis bien curieuse.

Mea Culpa… mes notes de logbook laissent à désirer et je n’ai pas pris le temps pour détailler chacune de mes plongées… Tout de même, lors de ce voyage, j’avais rédigé des résumés et plans forts pertinents dans le but de rédiger cette chronique lors d’un éventuel jour de congé.

De mes notes, souvenirs et esquisses, il en ressort que je n’ai pas vu de gros poissons, ni tortue. Les fonds explorés ne sont pas très poissonneux non plus. Les espèces observées : homards, crabes, murènes vertes, trumpet fish, blue chromis, etc. Les coraux sont jolis et, par chance, le blanchiment n’est pas très prononcé dans le secteur.

À vrai dire, le secteur est plaisant, l’eau chaude (90°F en surface / 84°F en profondeur) et le courant faible. Sur le bateau, c’est propre et bien organisé. Chacun et chaque chose à sa place. Les discours d’avant plongée sont plutôt courts; donc soyez avisés et soyez prêts. Si vous avez des doutes, collez-vous au guide et posez-lui les questions. Vous voulez savoir la base, comme le nom du site où vous allez plonger et les points d’intérêts? posez les questions.

Je me rappellerai toujours ma première plongée à Trinidad Cuba… une belle descente. Tout va bien, l’équilibrage se passe bien, les signes avec mon binôme passent bien, la caméra roule, je me sens bien… Enfin, depuis trop longtemps, je peux enfin respirer profondément.

La balade s’amorce aux abords des récifs colorés puis un tunnel apparaît, les murs colorés, les récifs riches, le bleu en fond d’image est profond et réconfortant. Le tunnel approche, il semble avoir 15-20 pied… peut être.

Le guide passe, je le suis, mon binôme me suit, puis le duo suivant. C’est magnifique ce tunnel… dès l’entrée, on voit la sortie, ça m’est rassurant. À ma sortie, j’ose jeter un œil à ma montre… 94 pieds.
(94pieds?!? « Je » suis Open Water. Certes, à l’aise à 80’. Je suis « technique » à ma façon, mais seule l’idée de dépasser le 80’ me fait flipper. Je capte l’attention de mon binôme pour qu’il regarde la profondeur à sa montre… il me connaît et comprend mon malaise; il me fait signe qu’on remonte en zone réglo confort.)

On stab’ à 70 pieds… ça va. Et oui, ça va.

Le reste de la plongée se passe dans la zone réglo. Ce qui me rassure et me permet de continuer à voir le tableau sur fond bleu profond. Le fait que je n’ai pas aimé le 94’ est que je sais que j’ai dépassé ma zone de confiance et que je crains les problèmes en cas de problèmes! Voilà… elle est loin la chambre hyperbare, en cas d’accident : l’assureur va couvrir ou non? Trêve de songes de malheurs… la plongée s’est très bien terminée! Et il ne fallait qu’un casse-croûte pour remettre ça! Entre chaque plongée, le bateau de Marlin Trinidad revient au bercail. À chacun son plan lunch!

   

Ohhh je dois vous raconter un moment fort, une plongée mémorable… Le bateau est presque vis-à vis le dive center, au large. Nous plongeons. C’est sablonneux, pas trop de poissons ni coraux. Puis un récif apparait et le théâtre se met en place. Nous avançons au-dessus d’un champ de récif qui descend. À environ 60 pieds, avec un léger courant de côté et une visibilité amoindrie par les particules, nous contournons un récif, puis apparaît une épave… Wow! Soit j’avais manqué un bout du « briefing », soit le guide nous réservait la surprise.

Toujours est-il qu’il s’agirait d’un cargo espagnol coulé en 1990 et il est franchement coupé en 2 sections pour reposer au fond. La vie est active sur cette épave, le spectacle est sublime : ça grouille de poissons et de jeunes récifs. Horreur! Ma caméra est tombée à plat avant même de voir la proue… Bonheur : j’en ai plein les yeux et ça se grave en ma mémoire.
J’avoue que Trinidad n’est pas sur ma liste de destination plongée préférée et je conseillerais à quiconque ayant besoin d’encadrement à y aller avec un accompagnateur binôme de confiance. À noter que le centre de plongée Marlin est le seul à Trinidad. C’est une magnifique région du côté de la mer des Caraïbes.

La prochaine chronique fera l’objet de la plongée en apnée : l’exploration d’un superbe récif. Un moment très fort de notre voyage. À bientôt!

« Older posts
Translate »