Category: Cuba – Holguin (page 1 of 2)

Holguin du 23 octobre au 1 novembre 2014

Bonjour tout le monde,

DSCF0900_finalNous étions au Sol Rio de Luna Y Mares du 23 octobre au 1er novembre 2014 pour une période de 9 jours. On était dans la section Luna qui est plus tranquille étant loin de la salle à manger et des bars au lobby principal. Notre chambre était très bien située, au deuxième étage avec vue superbe sur la mer, près de la deuxième piscine et d’un bar faisant partie de l’ancienne réception du Luna, qui n’est plus utilisée aujourd’hui. Cette ancienne réception est un coin tranquille parfait où l’on peut s’installer sur les grandes causeuses pour lire et apprécier le calme.

L’hôtel est vieux et il a vraiment besoin de rénovations, mais tout était très propre. Les chambres sont très ordinaires, tout en blanc, pas de couleurs nulle part avec un plancher en terrazzo qui ressemble à une vieille école. Il y avait un groupe de travailleurs qui s’affairaient à rénover des chambres, mais au rythme où ça avançait,  ils en auront sûrement pour plusieurs années. Je ne veux pas être trop dure envers l’hôtel, car une fois le choc de l’arrivée passé, cet endroit est superbe, avec sa végétation mature et le fait que l’hôtel surplombe la mer en étant un peu plus haut dans la montagne et offre de prise de vue à couper le souffle. J’ai beaucoup aimé cet endroit.

Côté nourriture, ça dépend de nos goûts personnels et aussi beaucoup de nos attentes. Je sais qu’il s’agit de Cuba, mais je dois spécifier que nous avons payé seulement 755$ par personne pour 9 jours en tout inclus. En tenant compte du prix payé, je considère que j’ai très bien mangé pendant mon séjour. Par contre, ma conjointe a trouvé ça un peu plus difficile, mais comme j’ai mentionné, c’est une question de goûts.

DSCF0657DSCF0658DSCF0660DSCF0661DSCF0666DSCF0667DSCF0668DSCF1706DSCF1705DSCF0772DSCF0771DSCF0770DSCF0761DSCF0758DSCF0757DSCF0755

Nous avons profité de trois restaurants à la carte, soit Le Bistro (cuisine française), La Pinta (cuisine méditerranéenne) et le Galileo (cuisine italienne). Dans les trois cas, nous avons très bien mangé, mais je dois avouer que la nourriture au restaurant italien est de beaucoup supérieure aux deux autres. Par contre, côté service, il faut s’attendre à un très long souper.

La randonnée palmée

Santa Esmeralda

Je dois avouer que j’ai été impressionné par le récif sur la plage de Santa Esmeralda. François avait déjà mentionné dans l’une de ses revues qu’il avait préféré cette région et je suis tout à fait d’accord avec lui. On doit se rendre devant le Paradisus Rio de Oro et longer le mur de roche pour environ 150 mètres pour arriver sur un récif qui s’étend jusqu’à la deuxième plage de l’autre côté de la pointe. On a été beaucoup plus loin que le secteur démarqué par François et le récif est encore très beau à cet endroit. Il y beaucoup de poissons à l’endroit où l’on entre à l’eau et ils semblent très bien nourris, mais plus on s’éloigne et moins il y a de poissons. Il faut aussi être prudent si on s’éloigne beaucoup de la rive, car le retour peut parfois être difficile à cause du courant généré par la marée descendante. On ne fait pas toujours attention aux marées et parfois ça peut nous jouer des tours. À deux reprises on a eu des retours longs et difficiles.

Donc, le récif de Santa Esmeralda est superbe et vaut le détour. En fait, c’est le plus beau récif que j’ai vu dans la région de Holguin. La seule chose que je déplore est le manque de variété de poissons; je n’ai pas vu aucune murène, pieuvre, poisson porc-épic ou même de poisson lion.

playa_esmeraldaDSCF1596DSCF1595DSCF1594DSCF1593DSCF1569DSCF0728DSCF0727DSCF0725DSCF0723DSCF0719DSCF0717DSCF0708DSCF0699DSCF0693DSCF0688DSCF0683DSCF0681DSCF0677DSCF0674DSCF0672

À la fin de la première journée, on est sorti en kayak pour aller rejoindre en la barrière de corail, mais il y avait des vagues et la distance est tout de même assez grande. Disons que je ne suis pas très à l’aise dans un kayak et encore moins à cette distance de la rive. On a donc convenu que c’était un peu trop loin pour se rendre à la nage. C’est toujours possible, mais si l’on calcule 45 minutes à 1 heure de nage pour se rendre au récif, le temps d’exploration de celui-ci plus le temps de retour à la rive, sans compter le risque de vagues, les courants et la fatigue, on a décidé d’aller rencontrer les gens du centre nautique pour savoir s’il y avait possibilité de prendre arrangement pour aller sur la barrière de corail.

Au centre nautique, on a fait la rencontre de Abad, qui semble être un des responsables du centre. On lui a demandé s’il y avait possibilité de louer ses services en catamaran pour quelques heures, le temps d’aller explorer la barrière de corail. Il nous a fait comprendre qu’il ne pouvait pas faire payer les clients de l’hôtel pour ce genre de service, mais qu’il viendrait avec nous en catamaran sur la barrière de corail et qu’il nous suivrait en catamaran le temps de notre plongée sur la barrière. Il nous a suggéré de lui donner un bon pourboire si nous sommes satisfaits de ses services. Il faut savoir lire entre les lignes ; le centre nautique est un service gratuit offert à tous les clients de l’hôtel, donc personne ne peut demander à être rémunéré pour un service spécifique. Par contre vous pouvez quand même obtenir le service voulu en prenant arrangement avec une promesse de pourboire. On s’est entendu pour un pourboire de 25 CUC pour environ 2 heures en catamaran sur la barrière.

DSCF0898

Les jours suivants n’ont pas été très bons pour la plongée en apnée ; beaucoup de vagues et l’eau très floue. On est sortis à quelques reprises sur le récif devant l’hôtel, mais chaque fois ç’a été très difficile et pas vraiment plaisant. On attendait notre première vraie belle journée pour sortir en excursion avec Abad du centre nautique.

Finalement le dimanche 26 octobre, dame nature décide de nous donner un petit répit côté météo et on rejoint Abad au centre nautique vers 10h00 le matin. On part en catamaran et il se dirige vers l’hôtel Occidental Grand Playa Turquesa qui est un peu au nord de notre Hôtel, sur la plage Playa Yuraguanal. On est entré à l’eau à un endroit ou la barrière de corail est assez proche de la rive, mais plus on se dirige vers le Turquesa et plus on s’éloigne. À un certain point, nous étions à environ 650 mètres de la rive. On a exploré la barrière du sud vers le nord sur une distance d’environ 2 kilomètres. Au début, l’eau était très claire, mais plus se dirigeait vers le nord et plus l’eau était floue, et ce, même à cette distance. La barrière à cet endroit n’est pas pleine ou complète, elle est plutôt constituée de bouquets de coraux (patate) avec une assez bonne distance entre chaque. Il n’y avait pas beaucoup de poissons et les coraux sont très abimés, probablement à cause de la force des vagues à cet endroit. Disons que je ne recommande pas l’exploration de cette partie du récif.

playa_turquesaDSCF1635DSCF1633DSCF1632DSCF1628DSCF1615DSCF0754DSCF0753DSCF0752DSCF0749DSCF0747DSCF0746DSCF0743DSCF0740DSCF0735DSCF0733

Les jours suivants, la mer était assez déchainée et l’est très flou, donc pas très intéressant pour faire de la randonnée palmée. Un peu fatigué de rester sur le site de l’hôtel, on a loué un scooter pour aller faire le tour des hôtels voisins et évaluer la distance de la barrière et les possibilités d’y faire de la randonnée palmée. Si dame nature décide d’être un peu plus clémente, nous aurons peut-être le temps de venir y faire une petite plongée. On est allé visiter le Club Amigo Atlantico, le Brisas, le Playa Costa Verde et le Blau Costa Verde

Si nous avons la chance d’y retourner pour faire une randonnée palmée, ce sera surement au Brisas, car c’est à cet hôtel que la barrière de corail semble le plus près de la rive, du moins accessible à la nage, et il semble aussi y avoir beaucoup de coraux. Nous avons rencontré à cet hôtel un groupe de Québécois charmants qui ont été assez gentils pour nous faire visiter une chambre de l’hôtel. La salle à manger est très belle et la nourriture semble aussi très bonne aux dires des gens. Marie-Josée a demandé à la réception si on pouvait nous faire visiter une villa. Ç’a semblé un peu compliqué, mais on a tout de même réussi à obtenir une visite et j’ai été un peu déçu de la grosseur des villas, la vue et l’emplacement aussi. Ils ont des services spécifiques à part de l’hôtel tel qu’une piscine et salle à manger privée, mais je ne paierais pas la différence pour une villa, selon moi, ça n’en vaut pas la peine.

DSCF0769DSCF0768DSCF0767DSCF0766DSCF0764DSCF0763

Les jours suivants n’ont pas été beaucoup mieux côté température ; beaucoup de vagues et même une journée complète de pluie. On est tout de même sortis à plusieurs reprises pour faire un peu de randonnée palmée, mais avec les courants et les vagues, ont se fatigue très vite et on est beaucoup plus exposés aux accidents. À chaque fois on faisait des sorties d’environ 1.5 heure et on revenait complètement exténués et aussi un peu découragés par la météo.

Accident

Parlant d’accident, laissez-moi vous raconter une petite histoire pour vous faire comprendre à quel point parfois les accidents peuvent survenir dans les moments les plus inattendus : ça fait plusieurs années que Marie-Josée et moi faisons seuls de la plongée en apnée, souvent dans des endroits retirés, dans les grosses vagues, dans les courants forts et parfois sur de très grandes distances et très loin de la plage et de la civilisation. Je considère qu’avec les années nous sommes devenus des snorkeleurs expérimentés et que malgré notre attitude souvent téméraire, nous sommes toujours prudents et il ne nous est jamais rien arrivé, jusqu’au jeudi 30 octobre 2014.

Connaissant déjà un peu les fonds marins de Holguin, on a décidé d’apporter avec nous en voyage exclusivement nos palmes ouvertes avec chaussons, ce qui permet de retirer les palmes et marcher de façon sécuritaire sur le fond souvent parsemé de coraux et petits oursins. Même chose pour rentrer à l’eau, on peut marcher jusqu’à avoir de l’eau à la poitrine, se laisser flotter et enfiler facilement ses palmes. L’accident est survenu une journée de grandes vagues en revenant d’une randonnée palmée sur le récif de Playa Esmeralda. Sur cette plage, le meilleur endroit pour entrer et sortir de l’eau est directement en face de l’hôtel Paradisus Rio de Oro, juste à côté d’un vieux quai désaffecté dont les derniers vestiges sont les poteaux en métal remplis de ciment qui sont toujours en place dans l’eau. À cet endroit, directement à côté des poteaux, il y a un petit chemin sans coraux qui permet de sortir de l’eau plus aisément. Marie-Josée et moi on venait tout juste d’enlever nos palmes et on se dirigeait vers la plage en marchant assez difficilement dans l’eau à cause des vagues. J’étais devant elle comme pour lui ouvrir le chemin et elle me suivait d’assez près. Arrivée au bord, pour sortir complètement de l’eau, il faut enjamber une dénivellation dans le sable qui est causée par les vagues. Je me lance le premier et je sors assez facilement et je me dirige plus haut sur la plage sans regarder derrière, certains que Marie-Josée me suit de près, mais elle a perdue pied dans la dénivellation, perdue l’équilibre et tombé en avant sur ses coudes et à ce moment, la vague est entrée et l’a projeté directement sur un des poteaux de métal. J’ai entendu le bruit d’un os qui se fracasse contre un poteau et je me suis retourné pour constater qu’elle venait de se fracasser la mâchoire contre un des poteaux du quai. Elle était complètement sonnée et incapable de se relever. Je me suis lancé vers elle pour l’aider à se relever et voyant qu’elle n’en était pas capable, je l’ai tiré vers la droite pour l’éloigner des poteaux en métal en sachant que le vague continue à entrer à pleine force. Après quelques secondes elle est revenue à elle et reprit ses esprits. On est sorti de l’eau difficilement et quand j’ai vu sa mâchoire, j’étais certain qu’il y avait une fracture. Après quelques minutes, Marie-Josée se sentait assez bien pour marcher et on s’est dirigé vers notre hôtel pour aller rencontrer le médecin. En route, elle a réussi à ouvrir la bouche et faire fonctionner sa mâchoire normalement, non sans douleur, mais on avait la certitude que rien n’était cassé. Pendant le reste des vacances, Marie-Josée a eu la mâchoire enflée avec un gros bleu, comme si elle avait reçu un coup de poing au visage. J’ai eu très peur et je tenais à vous raconter cette histoire pour faire comprendre à tout le monde qu’il faut toujours être très prudent ; les dangers ne sont pas toujours en haute mer, au large ou avec des requins. Le simple fait de perdre l’équilibre en sortant de l’eau et se faire surprendre par une vague pourrait vous briser le cou. Il faut être constamment sur ses gardes jusqu’à que l’on soit complètement sorti de l’eau.

Dernière sortie

Aujourd’hui, pour notre dernière journée, la mer est calme et belle. On rejoint rapidement Abat au centre de plongée pour une dernière sortie avec lui sur la barrière de corail directement en face de notre hôtel. On est parti en catamaran en se dirigeant devant le Paradisus Rio de Oro pour ensuite se diriger au large où commence la barrière de corail. On a sauté à l’eau dans un endroit peu profond et dès le début, le spectacle est incroyable ; à peine un mètre de profondeur avec une eau claire qui permet de voir à perte de vue. Le récif à cet endroit est constitué principalement de pointe de corail de feu, quelques coraux morts et beaucoup de cornes d’élans. Il y à tout de même un peu de vagues et il faut être très prudent. À certains endroits ce n’est même pas assez profond pour se retourner et vérifier la position de son partenaire (buddy). Il faut s’éloigner de la barrière et se diriger dans les endroits plus profonds pour se reposer et se parler. Quel beau spectacle, avec le soleil qui met tout en évidence. Il y a plusieurs types de barrières de corail. Celle-ci est du type pas très profond, mais surélevé pour effleurer la surface de l’eau afin de briser la vague, et très large pour permettre aux vagues de diminuer en intensité avant de traverser la barrière. Nous avons nagé tout le long de la barrière sur une distance de 1.75 kilomètre. À cet endroit, un peu dépassé l’hôtel, le récif est moins large, mais beaucoup plus profond. Les vagues sont aussi plus grosses et nous devons contourner certains récifs pour ne pas faire prendre par les vagues. Abat, notre guide qui est venu avec nous en catamaran, connaît très bien le récif et nous guide prudemment au travers les endroits plus risqués. À un certain point sur la barrière, on est à 1.3 kilomètre de la rive et je ne conseille à personne de se rendre à la barrière à la nage ; ça prendrait plus d’une heure simplement pour se rendre, ensuite explorer le récif pendant environ deux heures et un retour qui prendrait une autre heure, selon les vents et vagues, c’est très risqué, même si vous êtes en pleine forme et bon nageur. Pour 25 CUC, Abat vous amène sur la barrière et reste avec vous pendant deux heures le temps d’explorer celle-ci.

derniere_sortieDSCF1707DSCF0854DSCF0855DSCF0856DSCF0857DSCF0861DSCF0863DSCF0864DSCF0865DSCF0866DSCF0867DSCF0883DSCF0884DSCF0886DSCF0887DSCF1712DSCF1722DSCF1756

 

Conclusion

J’ai beaucoup aimé Playa Esmeralda pour la plongée en apnée. J’aurais aimé avoir la chance d’essayer d’autres endroits, mais dame nature n’a pas été très clémente avec nous. Pour mon deuxième voyage à Holguin, je constate que cette région a beaucoup à offrir pour la randonnée palmée. Ma première revue était basée strictement sur ce que j’avais exploré devant le Playa Costa Verde et pouvait sembler un peu dure à première lecture. Aujourd’hui je reviens à la charge avec de nouvelles expériences et je peux confirmer que Holguin est une très belle région offrant plusieurs possibilités de randonnée palmée, autant pour débutant que pour snorkeleur expérimentés. Des beaux endroits accessibles directement de la plage et d’autres moins accessibles, mais possibles avec quelques CUC et l’aide des locaux. Je recommande chaudement Holguin et je vais très certainement y retourner pour explorer les récifs devant les autres hôtels mentionnés dans cette revue.

Je fais abstraction de la nourriture, le l’âge de l’hôtel, des rénovations requises ; nous avons été logés, nourris avec boisson à volonté pendant 9 jours pour 755$. Je reviens donc charmé de Holguin et j’ai passé de très belles vacances avec des randonnées palmées surprenantes.

Holguin – Sol Rio de Luna Y Mares Resort du 23 octobre au 1 novembre 2014

Bonjour tout le monde,

Voici quelques nouvelles récentes du monde de la plongée en apnée

Holguin

hotelNous partons le 23 octobre 2014 pour une petite vacance de 9 jours en amoureux dans la région de Holguin à Cuba. Je sais que j’ai déjà fait une revue pas très élogieuse de la plongée en apnée dans cette région, mais ma revue était limitée au secteur devant l’hôtel du Playa Costa Verde et les environs proches.

Cette fois, nous y retournons avec l’intention d’explorer la région complète et essayer d’y découvrir des trésors cachés. Nous suivrons surement l’itinéraire de François qui avait déjà assez bien détaillé la région et nous essayerons d’y apporter notre touche personnelle.

Nous serons au Sol Rio de Luna Y Mares pour une période de 9 jours, soit du 23 octobre au 1er novembre 2014

Tobermory dans la baie Georgienne

Nous avons loué cet été un chalet avec nos amis Sylvie, Joël, MaTante et Jean dans la région de Tobermory, sur le bord du lac Huron. Nous étions à environ 15 minutes du village en voiture.

Nous n’avons pas pu faire autant de randonnées palmées que prévue, car certaines épaves sont inaccessibles à partir du rivage parce que les terrains donnant accès à l’eau sont privés et ont ne peut y passer. Il faut absolument une embarcation pour s’y rendre.

Nous avons visité l’île de Flower Pot et dans le même trajet, on nous amène voir les épaves de la surface

P1040803P1040806P1040808P1040810P1040827P1040829P1040830P1040839Tobermory août 2014 039

Nous avons effectué une randonnée palmée d’environ 1 heure dans le secteur du Grotto. L’eau était à 16,5 degrés Celsius (62 Fahrenheit). Nous sommes entrés dans la grotte, mais personne n’a plongé pour ressortir de l’autre côté de la grotte. Pour une raison que j’ignore, j’étais incapable de garder mon souffle pour plus que 20 ou 30 secondes. je crois que c’était probablement dû à la température de l’eau ; mon corps travaillait fort pour essayer de conserver sa chaleur ce qui m’empêchait d’oxygéner mon corps correctement

DSCF1480DSCF1482DSCF1485DSCF1486DSCF1488DSCF1491

Nous avons passé une semaine fantastique et le chalet était superbe. Bonne bouffe, bon vin, bons amis, des moments inoubliables.

P1040844P1040845P1040846P1040847P1040848P1040849P1040850P1040851P1040852P1040854Tobermory 086

Revue de la caméra XQ1 de Fujifilm

Juste une petite note pour aviser les gens que ma revue de l’appareil photo numérique XQ1 de Fujifilm est maintenant disponible directement sur le site de Fujifilm Canada

Club Amigo Guardalavaca (Holguin) 2 au 9 mars 2013

Delphis, le père de Diane, nous a accompagné pour ce beau voyage de plongée à Guardalavaca. La mer étant un peu agitée par les vents, nous sommes donc restés tranquilles les deux premiers jours à refaire le plein d’énergie…et de rhum! Par la suite, nous avons plongé tous les jours. La température de l’eau était bonne en ce début de mars. Je ne portais qu’un léger skin (pour me protéger du soleil), mon shorty est resté dans la valise.

Un site très abordable!
Le Club Amigo Guardalavaca n’est pas le plus bel hôtel de Cuba et n’est pas non plus le plus bel endroit pour la plongée mais son récif est très grand et d’une belle profondeur. Il promet des heures de plaisir en randonnée palmée. Selon moi, cet hôtel offre un très bon rapport qualité/prix/plongée à Cuba. Il y a quatre types de chambre: standard, tropical, bungalow et villa. Le surclassement de chambre est possible lors de l’arrivée (pour voir les tarifs cliquez ici). À l’occasion, on peut déguster une langouste, un filet mignon, une banane flambée ou même une pâtisserie. Pour 10 CUC faites une dégustation de vin avec le sympathique sommelier Bermis, dans son petit coin secret adjacent au restaurant El Benny. Il y a aussi un deuxième bar de piscine qui vient d’être construit (section bungalow). Des vélos sont disponibles gratuitement. Les casse-croûte servent même de la poutine! Des points plutôt rares pour un trois étoiles. Nous y avons passé une autre magnifique semaine et y retournerons!

Bon point de départ pour une plongée de nuit
Il y a un lampadaire au bord du trottoir qui longe la mer, qui éclaire la plage Christophe Colomb (voir carte). Ça fait un excellent point de départ pour une plongée de nuit. De plus, le récif le plus près du bord valant la peine d’être visité est justement en face de celle-ci, à 200 mètres, et continue légèrement vers la droite (direction du Brisas).

Un tank russe sous l’eau!! (Pour apnéiste confirmé)
Un char d’assaut lourd IS-2M de la révolution cubaine serait submergé à 16-17 mètres. Situé au large et à l’ouest du restaurant El Ancla. On pourrait l’apercevoir de la surface. Informez-vous au centre de plongée Eagle Ray Scuba.

Photos de Eagle Ray Scuba Diving Center, GuardalavacaCette photo de Eagle Ray Scuba Diving Center est fournie gracieusement par TripAdvisor

Bonne nouvelle…Le poisson chauve-souris existe toujours!
J’ai eu la chance d’observer deux poissons chauve-souris dans un fond sablonneux lors de mon voyage à Varadero en 1991. Il est de loin le plus curieux des poissons que j’ai rencontrés. Et depuis, personne ne m’avait dit en avoir vu…J’ai pensé que l’invasion des poissons-lions les avait décimés. Mais une lectrice de plongéeenapnée.com m’a fait parvenir deux photos prises en snorkeling à Playa Pesquero (Holguin) en septembre 2012. Il s’agissait d’un grondin volant et d’un poisson chauve-souris. Je suis bien heureux d’apprendre cela. Je serai plus aux aguets dans mes plongées futures. Le poisson chauve-souris a une forme très très bizarre. Il se laisse facilement approcher car il se croit camouflé. Il se déplace lentement en marchant au fond…et oui ce poisson marche. Il peut vivre à de TRÈS GRANDES PROFONDEURS mais nos trois observations furent durant le mois de septembre à 2-3 mètres de profond. Est-ce un hasard ou remonte-t-il pour ses ébats amoureux lorsque l’eau est très chaude?!! À ceux qui en ont observé un…s.v.p. laissez un commentaire avec le mois, l’endroit et la profondeur…merci. Je vous souhaite d’en rencontrer lors de vos prochaines plongées. Et merci beaucoup Josée pour tes photos.

Semaine du 16 novembre 2013 à Jibacoa
Malheureusement Diane et moi, ne serons pas du voyage le 16 novembre à Jibacoa. Ce n’est que partie remise! Nous aurions bien aimé faire partie de la gang…Un événement surement riche en échanges d’histoires sous-marines. De plus, pour les intéressés aux plongées de nuit, le 19 novembre serait la soirée String of Pearls! J’ai hâte d’en avoir des nouvelles!

La Mer Rouge…ça s’en vient!
En ce moment j’affaire à la préparation de notre voyage de plongée dans la Mer Rouge en juillet à Sharm El Sheikh (Égypte). Nous y découvrirons des poissons et coraux différents des Caraïbes. De plus…nous serons là, en plongée de nuit, le 24 juillet à 18h57 pour vérifier la présence du String of Pearls. Soit le deuxième jour après la pleine lune, 20 minutes après le coucher de soleil (pour plus de détails, cliquez sur ce lien) …C’est à suivre! Nous avons vraiment hâte de partir.

 

J’ai débuté la randonnée palmée en 1987 et depuis mon intérêt pour ce sport n’a cessé d’augmenter. Si vous avez pris la peine de lire cet article jusqu’au bout…c’est qu’il est fort probable que vous êtes passionnés de fonds marins vous aussi!

Passez un bel été et faites de belles plongées!

Club Amigo Guardalavaca, Holguin (Cuba) – 19 au 26 nov. 2011

En complément à l’article de l’an passé…

Une semaine trop vite passée!

Bien que Tabyana Beach (Roatan) et Jibacoa (Cuba) demeurent mes sites de snorkeling favoris, le Club Amigo Guardalavaca vient maintenant s’ajouter à mes coups de cœur. Les vents étaient généralement modérés et nous avons plongé tous les jours.

Un matin en regardant par la fenêtre, j’ai remarqué que les branches de palmiers étaient immobiles (Éole dormait encore!). Pas besoin de vous dire que le déjeuner fût de courte durée. La table était mise pour une journée de plongée mémorable. Lorsque les conditions sont bonnes (vent, marée, vagues), une randonnée palmée peut devenir extraordinaire et la bonne visibilité permet parfois de voir de belles surprises. Malheureusement, j’ai eu un problème de buée avec mon boîtier et je n’ai aucune image de ce magnifique jeudi. J’aurais sûrement eu des photos exceptionnelles. Ce fut donc une randonnée d’amoureux, main dans la main, depuis que j’ai une caméra, c’est plutôt rare.

Nous avons vu une superbe raie aigle se promener près du récif pour ensuite s’envoler doucement vers le large. Notre ami Pierre a vu une grosse tortue.

Nous partions du bord à la nage et sans drapeau devant le Club Amigo sans sentir de danger (vive Cuba). Il faut parcourir 150 à 200 mètres dans une eau souvent trouble avant d’arriver au récif où la visibilité est nettement meilleure. Le récif est très grand et peu profond, devant l’hôtel. Le pédalo est une bonne option. J’ai rencontré une personne qui a fait une centaine de mètres depuis le bord de la plage Christophe Colomb, l’eau n’était pas claire, il est donc revenu. Son opinion sur le snorkeling à Holguin sera sûrement négative, et s’il avait fait quelques mètres de plus!!! Dire que ce jour là, j’ai filmé ma vidéo. (CLIQUER ICI)

Nous avons fait une grande randonnée devant l’hôtel Brisas pour atteindre la barrière de corail à 700 mètres. Cette fois le drapeau aurait été sécurisant car il y avait un peu de navigation aux alentours. Cette partie de barrière que nous avons explorée ne valait pas le détour, je ne recommande pas cette randonnée. Mais un peu plus loin, nous avons vu plusieurs fois un catamaran ancré près d’un récif (probablement pour faire du snorkeling). J’ai vérifié sur Google Earth et sur une image de 2003 le catamaran apparaît. Se sera un site que j’irai découvrir une prochaine fois.

Google Earth est un logiciel gratuit que j’utilise beaucoup pour explorer les récifs le long des côtes. L’outil de mesure de distance est très utile. L’on peut également voir des images prises d’années antérieures, ce qui permet quelques fois de mieux distinguer les récifs ou comme dans le cas présent…situer notre catamaran. Il est vraiment fantastique.

À part la grande plage publique, deux autres mini plages isolées situées à l’est, sont plus tranquilles. Il y a la plage de la statue de Christophe Colomb et une autre 150 mètres plus loin avec seulement 3 palapas, c’est là que nous avons passé la semaine. Avec les parois rocheuses, les vagues donnaient un effet sonore vraiment relaxant.

Costa Verde:

Un autobus deux étages fait quotidiennement le tour des hôtels et en continue jusqu’à 15:00 h au tarif de 5 CUC (aller/retour). C’est un moyen pour permettre aux touristes des différents hôtels de visiter le petit marché aux puces adjacent au Club Amigo.  Nous avons pris ce bus pour rejoindre des amis et avons fait une petite mais agréable plongée au Costa Verde. Merci Martine et Sylvain.
Là où nous avons plongé, il y avait un peu de corail épar sur un fond généralement plat, mais nous y avons vu quand même beaucoup d’espèces de poissons ici et là : perroquet, ange français, papillon, lion, calmar, carrelet, coffre, poisson-lime et ange royal (mon préféré)…
Voici quelques photos prises devant le Costa Verde:

Oui le récif est plutôt grisonnant au Club Amigo, mais c’est tout de même un réel plaisir de se promener dans cet immense aquarium peu profond. Et je me répète… à Cuba il y a très peu de navigation à moteur comparé à d’autres destinations vacances, ce qui rend la randonnée beaucoup plus sécuritaire. Le Club Amigo est aussi une destination très abordable, ce qui permet d’y retourner souvent.

À noter:
Notre chambre de la section standard était très standard… mais, il y a d’autres sections comme les villas qui sont beaucoup mieux.

Le buffet de la section tropical est récemment devenu un resto à la carte en soirée (filet mignon).

À l’arrivée, nous avons spécifié que c’était notre deuxième séjour à leur hôtel et nous avons eu droit à un souper langouste.

Bonne plongée…et bonne météo

J’ai passé la période des fêtes en Floride et j’ai de bonnes nouvelles.
Revenez nous lire bientôt…

Holguin, Cuba – novembre 2010

Diane et François au Club Amigo Guardalavaca du 13 au 20 novembre 2010


BELLES PLONGÉES MALGRÉ TOUT…

Nous avons eu un peu de vent toute la semaine,
mais pas assez pour ne pas plonger…la visibilité était moyenne.
En général, le poisson n’est pas abondant et les coraux plutôt grisonnants.
On y trouve toutefois quelques beaux ilots de coraux bien en vie
qui abritent des poissons de toutes sortes.
Une profondeur idéale…J’ai passé toute la semaine dans l’eau et parcouru plusieurs kilomètres…toujours dans une profondeur de 1 à 3 mètres et ce…même à bonne distance du bord.
Durant ma semaine de vacances j’ai exploré trois plages : Guardalavaca, Turquesa et Esmeralda.
Malgré nos bracelets du Club Amigo, nous n’avons eu aucun problème pour passer d’un hôtel à l’autre. Personne ne nous a questionnés.
Tous les hôtels de ces plages sont situés au bord de baies protégées par une grande barrière de corail. Toutes mes plongées ont été effectuées à partir du bord.
Il me reste à découvrir les grandes barrières au large.
Pour s’y rendre, il est préférable de se faire conduire en catamaran.
Je n’ai pas plongé à Playa Pesquero ni au Don Lino 2½*.

PLAYA GUARDALAVACA (Club Amigo 3* et Brisas Guardalavaca 4*)

Nous étions au Club Amigo Guardalavaca dans la section tropicale.
Les chambres sont bien tenues et près de tout.
La nourriture pour un trois étoiles était au-delà de mes attentes.
C’est un hôtel qui offre un excellent rapport qualité/prix.
On a aimé les deux petites baies tranquilles à droite de la plage publique.
De notre hôtel, un repas au Brisas est disponible…Nous aurions dû réserver dès notre arrivée à l’hôtel car après le meeting du lendemain, il n’y avait plus de places.
Dans la baie de Guardalavaca (garde la vache), il y a, partant de la gauche,
une plage publique avec un petit marché aux puces, le Club Amigo et le Brisas.
Pour la plongée, le plus beau coin que j’ai trouvé est devant le Brisas à moins de 200 mètres du bord. Je n’ai pas exploré plus loin vers la droite du Brisas. Il y a peut-être d’autres beaux sites… C’est à voir!
Devant le Club Amigo, vaste région à explorer, de belles structures mais peu de poissons. J’aimais me promener parmi l’abondance de grosses cornes d’élans (elkorns). Les coraux n’avaient cependant pas l’air en santé.
J’ai vu un beau requin nourrice (inoffensif), à trois mètres sous un récif, qui ne m’a pas laissé le temps de le photographier. J’ai aussi vu quelques beaux spécimens de poissons isolés.

>>> CLIQUEZ ICI pour voir une vidéo devant le Brisas <<<

PLAYA TURQUESA (Sirenis Turquesa 4*)

Unique hôtel dans cette petite baie qui est également protégée par une barrière de corail.
C’est aussi la seule barrière facilement accessible à partir du bord. Elle se fait en totalité d’un bout à l’autre.  L’entrée peut se faire en partant d’un petit sentier complètement à droite de la plage.  Les chaussures sont cependant nécessaires dû aux nombreux oursins.  Au moment de traverser du côté extérieur de la barrière, les vagues se sont mises à grossir tout d’un coup, rendant l’accès trop périlleux.  Nous avons fait une belle plongée à cet endroit.

PLAYA ESMERALDA (Sol Rio Luna Mares 4* et Paradisus 5*)

Notre coup de cœur:
Un joli petit récif, juste à droite de la plage du Luna Mares.
Les poissons semblent habitués d’être nourris.  C’est d’ailleurs le seul endroit où j’ai vu des ballyhoos (Hemiramphus brasiliensis) manger à même ma bouteille d’eau remplie de pain.
L’accès y est super facile…idéal pour les débutants.
Du Club Amigo nous avons marché durant 90 minutes pour nous y rendre. En taxi, c’est 5 CUC l’aller.
Les vélos sont fournis gratuitement par l’hôtel (chaîne et cadenas seront dans mes bagages à mon prochain voyage).

>>> CLIQUEZ ICI pour voir une vidéo à Playa Esmeralda <<<

UN NOUVEAU VENU dans nos récifs (Serait-il la cause de la disparition de nos poissons?)

Je plonge depuis une vingtaine d’années.  Le poisson-lion (Pterois volitans) est une espèce que je ne voyais jamais et que je rencontre maintenant de plus en plus à chaque voyage.

Il se laisse approcher et rien ne lui fait peur. On le retrouve souvent longeant des crevasses ou à l’envers sous les récifs. (Je vérifie bien chaque tunnel avant de m’y engager car il est venimeux.)
Sa beauté serait-elle égale à sa destructivité! C’est à suivre!

HOLGUIN…belle découverte.

J’ai bien apprécié mes vacances au Club Amigo.
Les cubains étaient tous très souriants et nous y avons rencontré des vacanciers charmants.
J’y retournerais.

Older posts
Translate »